La Libellule

...

30 juillet 2009

vous là, oui, vous.

.

.

Suite à vos commentaires mes chers (et seuls) visiteurs, je me permets de vous dire de ne pas vous prendre la tête pour moi. Je vais trés mal mais je ne passerai pas à l'acte, a cause du mal que je ferai à mes proches. Je vis comme une moins que rien, un animal prise à ses compulsions de bouffe, mais si je meurs alors ce ne sera pas (directement en tout cas) de ma faute. Merci de votre fidélité. Vous remarquerez, que depuis que je ne traîne plus sur le net et sur les blogs et donc que mes commentaires se font rares, vous êtes les 2 seuls à être fideles à mes tourments... Si vous saviez à quel point ça me touche.

.

.

Posté par la_libellule à 13:54 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    En tous cas ce que je viens de lire me rassure, je remarque que tu n'as pas passer la limite entre souffrance et raison et cela me fait plaisir.
    Plaisir également si notre simple présence peut t'apporter un tout petit quelque chose, c'est mon but à chaque fois que je passe.

    Posté par Dyad, 30 juillet 2009 à 23:35
  • Tu es une personne très touchante... En tous cas, une souffrance aigue transpire de tes messages ; on peut difficilement y être insensible.

    Je te comprends vraiment... Je comprends la sensation d'être prisonnière de son corps, dans sa tête... Et l'envie d'arrêter cette souffrance parce qu'elle devient intenable et qu'on ne voit pas par quel autre moyen elle pourrait cesser...

    Je pense cela dit que le suicide n'est pas une solution et qu'avant l'épuisement physique, des opportunités s'offriront à toi pour te liberer.

    L'analyse, oui... C'est essentiel. L'épanchement aussi, dans ce blog, n'hésite pas. On est là, de toute façon. T'es pas seule.

    Posté par Thinspirated, 04 août 2009 à 23:00
  • Ahhh!! je rentre de vacances et je vois qu'il n'y a pas de nouvelle, est-ce bon ou mauvais signe ?

    Posté par Dyad, 16 août 2009 à 12:28

Poster un commentaire